Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/02/2009

Les mots (de Dany Laferrière suite)

P1000525.JPGExtrait :
"Je trouve mes mots partout. Dans la rue, dans les livres. Ou simplement dans l'air.
Certains mots, même quand on ne les emploie plus, aiment rester dans l'air à flotter, attendant qu'un facétieux les attrape.
J'aime surtout les mots simples que les gens emploient souvent.
Il m'arrive de prendre un de ces mots, un mot constamment utilisé par tout le monde, un mot qui a roulé sa bosse et de me concentrer dessus jusqu'à ce qu'il devienne tout neuf. Comme un sou. Tiens, le mot sou par exemple. Trois lettres seulement et tu achètes ce que tu veux avec, enfin ce qui est achetable, car rien de ce qui a une vraie valeur n'est achetable (la mer, le ciel, la lune, la couleur jaune ou le coeur).
Faut quand même pas cracher sur le mot sou. Ce mot, j'aime l'avoir dans la poche. Je garde secrètement mon cahier noir parce que les gens que je côtoie ne comprendraient pas la passion naturelle que j'ai pour les mots.
Un tel luxe pourrait les effrayer. Ils comprennent bien la passion du pouvoir, de la politique ou de l'argent. Même les gens un peu sensés finissent par me demander d'écrire un livre. Pourquoi ne pas rassembler mes mots pour en faire une histoire ?
Le problème, c'est que je n'aime que les mots, pas autre chose.
Pas les phrases, ni les histoires.
Un mot dit tellement plus qu'une phrase ou une histoire. Quand je pars dans de pareilles dérives, c'est toujours difficile de m'arrêter. Je vis surtout dans ma tête. Très peu de gens savent vraiment à quoi je pense. On veut tellement me confiner dans un seul sujet (la politique), comme si mon cerveau n'était pas plus vaste que leur univers.
Je peux faire entrer l'univers entier dans un coins de mon cerveau. Mes émotions m'épuisent tant elles sont riches.
L'affaire, c'est que je suis un rêveur dans un pays où l'on n'aime pas les rêveurs. Et là je ne parle pas seulement du dictateur. Tout le monde combat le rêve et les rêveurs.
Je me demande si il y a un endroit au monde où on les accepte. Je voudrais bien y aller. Sûrement sur une carte imaginaire. Vieux Os au pays des merveilles. Mon livre préféré : l'histoire de cette petite-fille qui traverse le miroir.
Je ne demande pas grand-chose pourtant, simplement qu'on me laisse rêver en paix.
Je n'ai besoin de rien d'autre."

19:34 Publié dans 1 texte / 1 auteur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mots

Les commentaires sont fermés.