Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/03/2009

Chaque matin boire une tasse de soleil

les sauvages juin 08 029.jpg Chaque matin, boire une tasse de soleil et manger un épi de blé.
Ainsi je dois me dire : "Petit cochon, tu ne travailles pas ! "
Oui, c'est bon ! Tu bois du soleil, tu regardes, tu observes, tu jouis de la vie, tu trouves bien fait tout ce que le Bon Dieu a fait.

Les lézards t'intéressent, les demoiselles aussi qui, plantées sur le cou l'une de l'autre, volent de brindilles en brindilles et se posent, l'une toute droite et raide, l'autre en ligne brisée , le bout de sa queue dans l'eau. Tu te dis : avant d'écrire, il faut voir.
Flâner, c'est travailler.

Il faut apprendre à tout voir, le brin d'herbe, les oies qui crient dans les étaules, le soleil couchant, la queue du soleil couché qui s'étend rosé et pourpre sur tout l'horizon comme un voile déplié où se pose l'arc de la lune.

Tu t'emplis de tableaux, les deux mains dans tes poches. Tu lèves les pelles de la rêverie. Elle déborde de droite et de gauche, sort de son bassin, s'épanouit à l'aventure, au hasard.

Tu as même des idées pas gaies. Tu penses à la mort, avec effroi quand il tonne, sans peur quand il fait clair, que la lumière diffuse se fourre partout, regarde par chaque pente de volet et fait pencher les avoines lourdes, quand tu voudrais bien être quelque part, à l'ombre, tranquille, loin du monde, et que tu te vois, nullement ému, les pieds joints, allongé, recueilli, presque souriant, à quelques pouces sous terre, tout près des fleurs, des herbes, de la vie et du bruit.

C'est bon. Je t'écoute. Tu te fais élégiaque. Tu comprends tout, ma foi !
Tu panthéises. Tu vois Dieu partout et nulle part. Tu as des idées sereines qui te font sourire avec bienveillance.
Tu dégustes le temps. Tu te trouves bien comme le reste, mais je te le redis : "Petit cochon, tu ne travailles pas !"

Journal, de Jules Renard, 1889.

21:25 Publié dans 1 texte / 1 auteur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mots

Les commentaires sont fermés.