Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/05/2009

Ecrire à Bages

P1020248.JPG
Participé aux ateliers d'écriture de Bages (11), à côté de Narbonne. Le site : une merveille. On voudrait rester face à l'étang pendant des heures, des jours.
Ambiance sympa du groupe. Thème : la maison.
Intime, presque trop. Plutôt que la maison, parler du lieu où l'on habite, d'un espace à soi (tout le monde n'a pas la chance d'avoir une maison). Certains la transportent avec eux. Je pense à Perec et à "Espèce d'espaces", tout ce qui se rapporte au quotidien.
La cuisine, le lieu le plus intime.
Que des femmes dans le groupe. Toutes ne parlent pas de leur amour de la cuisine. Il y a aussi des yaourts, seuls, dans des frigos et c'est très bien.
Bonheur de la parole lâchée, de la découverte.
Rencontré Nadine et Claudine. Emouvantes. Belles. Blessées ou piquantes.

P1020241.JPG
Rêver à une de ces maisons, sur le rocher, face à l'étang. Ne penser à rien.
P1020242.JPG

Même les yeux fermés, je saurai réciter le paysage.
Un rocher sur la mer, une petite terrasse cachée dans le lierre et le jasmin.
Un escalier, seul au monde, qui descend vers la mer.
Des volets bleus. Maison rêvée, maison cachée, qui ne se montre pas au regard des étrangers.
L'entrée se fait côté rue, au détour d'une ruelle étroite.
Autrefois, toutes ces maisons, accolées les unes aux autres comme le soufflet d'un accordéon, servaient de rempart à la ville.
Aujourd'hui, elles se dressent, fières, face aux touristes pressés.
Toutes les fenêtres de la maison donnent sur la mer.
Débauche de bleu.
Tempête de vent et de sable l'hiver.
L'arrivée du facteur annoncé à grands renforts de mouettes.

P1020243.JPG
P1020229.JPG
P1020232.JPG
P1020227.JPG

Découverte de Matias SPESCHA, peintre et sculpteur, d'origine suisse, qui a vécu 50 ans à Bages, à travers une belle exposition à la Maison des Arts.

30/05/2009

La nouvelle échappée de Jean-Noël Blanc

IP1020123.JPG

Il est dans toutes les bonnes librairies. Une belle photo en couverture ; celle d'un gamin, de dos, à vélo sur une route de campagne.

"Mettre le nez à la fenêtre", en termes cyclistes, c'est se porter en tête du peloton en vue de s'échapper. Voilà précisément ce que fait Maurice, dit Momo, dans une grande étape de montagne du Tour de France.

Les quelques heures de cette étape, où tout un destin se joue, le lecteur les vit dans la peau de ce coureur avec ses espoirs, ses efforts, son courage".

Mais ce n'est pas qu'un roman sur le cyclisme loin de là ! C'est un roman sur l'enfance, sur les petites et les grandes déchirures du quotidien, comment on s'en sort, comment on tient le coup. Certains courent, d'autres écrivent.

C'est un roman sur l'écriture, un autre tricotage de l'effort.

A lire de jnB, un texte sur l'écriture de nouvelle : http://www.pjef.net/la-nouvelle-ou-le-visage-de-l-homme-a...

 

21:54 Publié dans 1 texte / 1 auteur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mots

25/05/2009

Le coeur de l'Espagne au Pavillon Populaire de Montpellier : photographies

"Hispanique Espagne" : superbe exposition de photographies qui s'est achevée ce week-end au Pavillon Populaire de Montpellier.
De très nombreux photographes au style bien différents et qui nous donnent un aperçu de "l'Espagne magique".
A noter : le travail de Benito Roman sur les nains toréadors. Ils figurent déjà dans certaines gravures de Goya. Certains d'entre eux ont connu une véritable célébrité.
P1020119.JPG
P1020116.JPG
P1020108.JPG
P1020112.JPG
P1020113.JPG
P1020114.JPG
Avec Cristina Garcia ALix, des photographies pleines d'humour et d'ironie autour des rites et des processions espagnoles. Un régal pour les yeux.
P1020107.JPG
P1020105.JPG
P1020104.JPG
 
Une révélation : le travail de José ORTIZ - ECHAGÜE (1886 - 1980).  Un très très grand photographe.
Ses photogaphies sont de véritables tableaux, des oeuvres d'art.
Il a souvent été comparé à Goya, Zurbaran ou au Gréco pour la perfection de ses portraits et des ses compositions.
P1020115.JPG
P1020118.JPG

24/05/2009

Art brut à Limoux

P1020047.JPG
P1020048.JPG
P1020046.JPG
P1020044.JPG

21/05/2009

En attendant l'été

2864327809_609c369c3c_o.jpg
2864327819_374ca59d48_o.jpg
2864327803_5c90b47e3b_o.jpg
2864327815_ee05dcdcc0_o.jpg
Agrion_elegant_Ischnura_elegans_Blue-tailed_Damselfly_small_NET.jpg
 

(Les photos sont extraites du site web du museum de Toulouse)

17/05/2009

Carambouille de mots

images (2).jpg

 

"Cette obsession du mot.

Trouver le mot, la phrase juste, le bon rythme, la petite musique. Parce que le nombre de syllabes peut tout changer, un synonyme, une virgule qui se déplace...

Transmettre une idée, une émotion, un rire. ET cette chose-là, ce bricolage de mots que personne ne peut faire à ma place. C'est totalement obsessionnel et ça me réjouit. C'est physique. Tout est en action, les neurones, le sang dans les veines, les ventricules. C'est vivant ! C'est ça l'écriture.

ça vous possède et c'est extraordinaire."

Jacques Gamblin

19:12 Publié dans 1 texte / 1 auteur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mots

15/05/2009

DéserT - deSSert

sabine desert blanc 7 mai 08 071.jpg

Le désert absorbe tout.

Chaque merde, humaine ou animale (chameaux, fennecs) est désséchée lentement par le soleil et l'air.

De même, les traces de pas sont recouvertes par le vent.

Pourquoi alors vouloir laisser une trace de son passage, puisque tout n'est que poussière et que "tu retourneras à la poussière" ?

N'est-ce pas vain et illusoire ?

 
sabine desert blanc 7 mai 08 084.jpg

N'est-ce pas vouloir retenir ce qui ne fait que passer ?

Toute venue au désert s'apparente à un gommage de l'esprit.

sabine desert blanc 7 mai 08 140.jpg
sabine desert blanc 7 mai 08 157 - Copie.jpg
sabine desert blanc 7 mai 08 161.jpg

14/05/2009

Images - Carnet de route

 
Ne pas éprouver le besoin torturant de savoir et de voir ce qu'il y a là-bas, ne pas sentir l'oppression déprimante de la monotonie des décors
Regarder la route qui s'en va toute blanche, sans ressentir l'iméprieux besoin de se donner à elle
Ressemble à la résignation inconsciente de la bête que la servitude abrutit et qui tend le cou vers le harnais.
 
Isabelle Eberhardt
 
P1010954.JPG
 
P1010955.JPG
P1010957.JPG
 
 
 
Les gens sont lointains quand ils sont à côté de nous, on peut imaginer ce qu'il en est quand ils sont vraiment au loin.
Antonio Tabucchi
 
 
(Pourquoi y a ce fond bleu de merde, sur ce blog, que je n'arrive pas à enlever ??? ça fait c....)

13/05/2009

Arrête ton cinéma

images.jpgJe lui ai dit, je n'aime pas quand tu fais ton cinéma.

Toi alors, elle a dit, s'il y a quelqu'un içi qui essaie de ne pas faire d'histoire, c'est bien moi.

Le cinéma, j'ai dit, c'est justement des histoires et rien d'autre. Quand elles sont sur un écran, les histoires, j'aime. Dans la vie, non. Je ne supporte pas les femmes qui font leur cinéma.

Elle s'est retournée, elle m'a regardé bien en face. Ses lèvres étaient devenues minces et elle ne donnait pas l'impression de prendre la vie à la légère.

Je ne joue pas la comédie, elle a dit. Je ne suis pas une actrice. On n'est pas dans une salle de spectacle. Il n'y a pas d'écran. Je ne fais pas de cinéma.

Elle m'a tourné le dos et elle a planté son oeil dans le miroir de la coiffeuse. Eye-flush, mascara, pinceau, eye-liner, houppette : le grand jeu.

Tu ne fais pas de cinéma, j'ai dit : tu fais ton cinéma. Ta Madame De. Tu prends ton allure de Greta Hayworth et tu voudrais qu'on y croie.

Greta Hayworth, elle a dit en ricanant. Mon pauvre vieux. Tu veux dire Rita. Ou Garbo.

J'ai souri sans répondre.

Elle a haussé une épaule, une seule, et elle a dit, n'importe comment toi et tes vieilles idoles. Toujours aussi ringard.

 

Jean-Noël Blanc

22:05 Publié dans 1 texte / 1 auteur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mots

10/05/2009

Jardinier en herbe

P1010902.JPG
 
P1010899.JPG
P1010898.JPG
P1010892.JPG