Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/06/2009

Comme le soleil à l'orient

d379b10b83b94fceb899ec5e86fba06d.jpg

Les flammes de trois bougies dansaient dans l'obscurité de la chambre.

La lumière se mêlait à l'obscurité et il y avait le goût du vin, la chaleur qui émanait de son corps. Je l'étreignis et mes sens se déployèrent, s'enracinèrent profondément. Je retrouvai l'instant primordial que je n'avais connu qu'une seule fois dans le passé.

Puis l'instant s'enfuit et je revins à elle. J'aurai voulu lui dire ce que j'éprouvai. Ah, si j'avais pu l'étreindre avec mes sentiments comme je l'étreignais avec mon corps !

C'était un rêve magique qui m'arrachait à la triste réalité quotidienne qui me broyait sans cesse dans sa poigne implacable.

Elle me dit :

- Je m'endors.

Puis elle se rapprocha :

- Je veux que tu me serres dans tes bras jusqu'à ce que le jour se lève.

J'observai son visage confiant sur lequel descendait peu à peu la quiétude du sommeil.

 

Comme le soleil à l'Orient, j'étais sûr que tu allais apparaître.

Je t'attendais. Je leurs parlais de toi et personne ne me croyait, mais j'ai supporté ma douleur et je n'ai pas un seul instant perdu espoir.

Je croyais en toi. Je croyais qu'un jour, tout à coup, tu allais poindre à l'horizon pour guérir de tes mains les blessures de la méchanceté et que ton sourire allait dissoudre les ténèbres.

1207164150.gifA ce moment-là, il ne resterait plus rien de la solitude, de la faiblesse, de la douleur, rien d'autre que d'effrayants souvenirs hérissés d'épines que je déverserais dans ton sein en te serrant dans mes bras jusqu'à ce que je me tranquillise et m'endorme.

 

 

Alaa El Aswany, J'aurai voulu être égyptien, Actes Sud, 2009, 201 p.

21:34 Publié dans 1 texte / 1 auteur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : egypte, mots

Les commentaires sont fermés.