Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/06/2009

Sous la chaleur moite, les rhinos se prélassent

 

P1020435.JPG

Même à 10 heures du soir, c'est un concert de pies, de grillons et de cigales étourdissant.

Aujourd'hui, au zoo du Lunaret, chaque animal - singe, perroquets, gazelle, rhino, ours - se tenait à l'ombre (parfois mince), pour dormir en groupe.

La lionne se prélassait. Pas un souffle d'air frais. Pire que dans la savane. La vraie.

28/06/2009

Les maisons de Frontignan

Si l'on prend les grands boulevards, à Frontignan, on remarque des alignements de petites maisons toutes identiques, construites sur le même modèle.
Un chai, une cave au rez-de-chaussée, et une porte d'entrée qui mène au logement situé à l'étage.

P1020404.JPG

 

P1020403.JPGP1020405.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1020406.JPG

Parfois, l'importante activité liée au commerce du vin a laissé des bâtiments plus imposants et des maisons de maîtres luxueuses.

P1020401.JPG

P1020412.JPG
P1020415.JPG
P1020414.JPG
P1020411.JPG

P1020416.JPG

27/06/2009

Boulevard des Bonnes Nouvelles

P1020399.JPG

Sur le boulevard des bonnes nouvelles, les touristes sont attablés sous la fraîcheur des platanes.

Les Roms musiciens font leur tour de passe passe contre une pièce et un sourire. Les jupes des femmes sont bouléguées par le vent coquin.

Les serveurs traversent en courant vers l'esplanade.

C'est le coup de midi , il faut servir salades, verres de vin et cafés.

 

P1020396.JPG

Un vieux cinéma Pathé des années 1900.

 

24/06/2009

Cartes postales souvenir de bord de mer

Quelques exemples de cartes postales "locales" particulièrement réussies ...

crabe marseillan.jpg

 

Et affirmant un style très personnel

marseillan plage.jpg
 
Pin-up de Sète
pinup sete.jpg

23/06/2009

C'est loin, ailleurs ?

L'Homme rêve toujours d'un ailleurs, quellles que soient ses conditions de vie, du plus riche au plus pauvre.

 

L'ailleurs. Est-ce que c'est loin ?

IMGP0746.JPG

Je rêve d'une autre vie, d'un autre précipice.

Je rêve que je m'en vais. Vagabonder.

Ailleurs.

Là-bas.

Là où il n'y a pas de murs, pas de frontière. Pas de maisons, pas de haies.

Ailleurs.

Ce qui me tient prisonnier ? Un sourire, une maison, un quartier.

Rêver à une vie différente, ailleurs.

Là-bas, tout serait simple. La lumière, les horaires du vent.

Rêver ailleurs, toujours mieux.

Une autre vie, un autre rêve.

Pourquoi je pars ?

Si je ne pars pas, si je ne rêve pas...

Je tiens les murs de ma maison avec les mains. Je creuse un trou dans lequel je mets des papiers litanies.

Ailleurs... Pessoa, Tabucchi, Mafouz, Darwich, Vargas LLosa, Faulker...

Prendre une autre route, un autre chemin. Va-ga-bon-der.

Un avion, un train. Rouler, rouler. Prendre un peu de vie ailleurs.

Un peu de sable dans les yeux.

20/06/2009

L'étang du Méjean à Lattes





P1020360.JPG




Un nid de cigogne.
Il y a 9 nichées dans la zone du Conservatoire du Littoral. 59 cigognes sont nées entre 1989 et 2004.
P1020361.JPG


Côté marais
P1020366.JPG

Côté étang du Méjean
P1020367.JPG



Une martelière pour réguler le niveau des eaux. Parfois, s'y cachent quelques couleuvres, pour chasser.
P1020369.JPG




Quelques toros, qui paissent tranquillement et entretiennent de prairies "ouvertes".
P1020371.JPG


Le domaine des oiseaux :hérons, aigrettes garzettes, poules d'eau, échasses blanches, tadornes...
P1020375.JPG

P1020376.JPG
P1020383.JPG

P1020380.JPG

P1020385.JPG


18/06/2009

Comme le soleil à l'orient

d379b10b83b94fceb899ec5e86fba06d.jpg

Les flammes de trois bougies dansaient dans l'obscurité de la chambre.

La lumière se mêlait à l'obscurité et il y avait le goût du vin, la chaleur qui émanait de son corps. Je l'étreignis et mes sens se déployèrent, s'enracinèrent profondément. Je retrouvai l'instant primordial que je n'avais connu qu'une seule fois dans le passé.

Puis l'instant s'enfuit et je revins à elle. J'aurai voulu lui dire ce que j'éprouvai. Ah, si j'avais pu l'étreindre avec mes sentiments comme je l'étreignais avec mon corps !

C'était un rêve magique qui m'arrachait à la triste réalité quotidienne qui me broyait sans cesse dans sa poigne implacable.

Elle me dit :

- Je m'endors.

Puis elle se rapprocha :

- Je veux que tu me serres dans tes bras jusqu'à ce que le jour se lève.

J'observai son visage confiant sur lequel descendait peu à peu la quiétude du sommeil.

 

Comme le soleil à l'Orient, j'étais sûr que tu allais apparaître.

Je t'attendais. Je leurs parlais de toi et personne ne me croyait, mais j'ai supporté ma douleur et je n'ai pas un seul instant perdu espoir.

Je croyais en toi. Je croyais qu'un jour, tout à coup, tu allais poindre à l'horizon pour guérir de tes mains les blessures de la méchanceté et que ton sourire allait dissoudre les ténèbres.

1207164150.gifA ce moment-là, il ne resterait plus rien de la solitude, de la faiblesse, de la douleur, rien d'autre que d'effrayants souvenirs hérissés d'épines que je déverserais dans ton sein en te serrant dans mes bras jusqu'à ce que je me tranquillise et m'endorme.

 

 

Alaa El Aswany, J'aurai voulu être égyptien, Actes Sud, 2009, 201 p.

21:34 Publié dans 1 texte / 1 auteur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : egypte, mots

17/06/2009

La musique en intraveineuse

ROMS_05_PARIS_small-2.jpgTramway, 9 heures du matin. Au fond de la rame, de la musique tsigane.

Au début, on croit que c'est une musique d'ambiance, un peu forte mais bon, on se dit que c'est la société du tram qui a pensé à tout.

Mais non. Groupe de roms à l'arrière qui se schootent au son du violon.

La musique en intraveineuse.

J'aperçois une femme, debout, avec un foulard à fleurs sur la tête. A côté d'elle, trois hommes, le regard dans le vague.

P66ROMS1.jpg

Ne pouvoir tenir qu'avec ça, la musique à fond, tous les jours dans la tête.

Pour lutter contre le manque, obsédant.

Douleur et joie de l'écouter.

Pleurer et ne pas pouvoir faire autrement que de l'écouter encore et encore.

Piqûre de rappel. Rengaine d'exil.

 

 

Sur la situation des roms, lire l'article intitulé : "Est-ce ainsi que les roms vivent", revue Politis http://www.politis.fr/article6805.html

19:20 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : roms

16/06/2009

Du jardin comme havre de paix

P1020264.JPG

Un jardin. Jasmin, lavandes, tourterelles.

Silence, calme.

Se réserver un espace, un jardin intérieur où tout serait apaisé, immobile.

Seulement des effluves qui arrivent jusqu'à vos narines. Et le chant des oiseaux.

Un repère isolé, où l'on peut venir se cacher.

14/06/2009

Castellane et les Alpes de Haute Provence

P1020325.JPG
P1020327.JPG
P1020320.JPG
P1020308.JPG
P1020328.JPG
P1020337.JPG
P1020284.JPG
P1020290.JPG
P1020292.JPG
P1020294.JPG
P1020296.JPG
P1020295.JPG
P1020287.JPG
P1020350.JPG
P1020349.JPG