Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/08/2009

Adieu Gary, le film ou l'amour à haute dose

affiche-adieu-gary-3460720jeign_1350.jpgIl ne se passe presque rien et pourtant.

En peu de mots, tout est dit et vous bouleverse : le personnage qu'interprète jean-Pierre Bacri qui continue à entretenir une vieille machine de l'usine qui l'a viré, le gamin qui dit qu'il s'ennuie et qui écarquille des yeux comme des billes devant celui qui fait disparaître et réapparaître des pièces de monnaie, le visage et le regard de Samir qui sort de prison, joué par Yasmine Belmadi...

Pourquoi est-il parti si tôt ? Certains ont dit qu'il avait la grâce.

Dès qu'il apparaît sur l'écran, il irradie. Une présence incroyable. Il porte un masque de douleur. De tendresse aussi avec son père.

 

photo-yasmine-belmadi-16306.gif.jpg

Les scènes se déroulent dans un endroit incroyable, la cité blanche du Teil, dans l'Ardèche. Un monde clos, une cité oubliée des hommes, où vivent là des exclus de la société ( dans le film).

Le jeune frère de Samir essaie bien d'apprendre l'arabe, on sent bien que tout est dérisoire comme le reste. Il faut bien se raccrocher à quelque chose. Chaque scène est un bijou, de tendresse, d'humour, de dignité bafouée et retrouvée.

 

19104927_w434_h_q80.jpg

On a envie de rester là avec eux, de s'assoir un moment pour regarder les trains qui passent, dédaigneux.

Il n'y pas de flingue, mais un cow-boy et des avenues poussiéreuses qui rappellent les scènes des vieux technicolor.

Allez voir ce film, c'est une merveille.

C'est un cinéma du silence, des mots retenus, de la pudeur. Et, en fond, la musique d'un joueur de oud qui emporte tout.

 

adieu_gary_3.jpg


 

 

13:59 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : film, cinéma

Les commentaires sont fermés.