Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/01/2010

L'objet du délit

 

 

Assez parlé de bleu. Trop de bleu nuit.

Revenons à des réalités plus terre à terre, revenons à nos oreilles chéries. J’ai cédé à la tentation, j’ai acheté une Machine de Poésie 3 oreilles, une MP3 de sons portative.

Comment ça fait de marcher tout en écoutant de la musique ? Comment ça fait de marcher avec des écouteurs dans la tête ? Et ben, tu vas voir. C’est comme le téléphone portable. Il y a encore quelques années, il ne serait venu à l’idée de personne de téléphoner dans la rue, de parler dans le vide, d’exposer sa vie, là, sur le trottoir. Nouveaux usages, nouveaux comportements.

Dans quel monde on vit ? Quel est ce besoin aujourd’hui de se couper du monde extérieur, de s’isoler des bruits ambiants ?

Vivre dans une bulle à soi faites de sons connus, de voix intimes. Mettre le monde à distance. Passer à autre chose. Une autre réalité ?

Ecouter trop de sons nuit g(r)avement à la santé, c’est écrit sur les paquets d’écouteurs qu’on vend à la volée dans les gares, à la sortie des villes nouvelles, aux voyageurs indécis, dans leur bulle de vent connu, d’air respirable ou irrespirable.

Pour les odeurs, vous repasserez. Bientôt en stock chez votre marchand de bonheur, au coin de la rue, des sachets à humer, à renifler. A snifer. Pas de colle, de coke, non, des odeurs oubliées pour ceux qui n’ont plus les moyens de vivre à la campagne.

19:39 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.