Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/12/2010

Chronique des H et des Y

 

 

 

On est toujours ennuyé avec les noms en ski : Dostoïevski, Trotski, Khrouchtchev… Faut-il un i ou un y ? Avec Khrouchtchev, aucun problème. Mais avec les autres ? S'ils sont russes, il ne faut jamais d' y, s'ils sont polonais, on ne sait pas. De plus, en polonais, ils prennent le féminin. M. Leczynski, Mme Leczynska ; mais non en russe : on dit M. Dostoïevski, on ne dit pas Mme Dostoïevska; ce sont des petites choses qui peuvent aider. Une fois qu'on les sait il serait exagéré de dire qu'on connaît le russe ou le polonais, qu'on y est assis ; ce serait trop dire ; on est seulement dans la bonne direction, on a le derrière entre les bras du fauteuil.
Engageons-le plus étroitement. On trouve souvent dans les langues slaves des groupes de lettres difficiles à prononcer : Prz, Brrgrtvz, etc. Je lisais, quand j'étais enfant , Les deux nigauds de La comtesse de Ségur ; il y avait là un Polonais qui s'appelait, Dieu me pardonne, Cozrgrbrlevski, et l'homme se sent peu de chose quand il doit prononcer un tel nom d'un seul coup. Il existe également en Méditerranée des îles au nom serbo-croate : Krzn, ou Brd, ou Grk, ou quelque chose d'approchant. Ce sont des sons que le porc arrive à imiter, s'il a de la chance, quand il grommelle sur sa pâtée, parce que ses oreilles l'embarrassent (élevez du porc anglo-normand, le porc français a l'oreille trop longue, elle lui cache sa pâtée, et il ne profite pas bien) mais l'homme moyen qui n'a pas le nez bouché ? (pour le déboucher, mâchez du miel, un conseil est toujours utile). Ne vous perdez pas dans les détails, prononcez ch, ou tch, vous aurez des chances de tomber juste beaucoup plus souvent que vous ne pensez ; c'est une règle que je me suis faite, je ne m'en suis jamais trouvé mal, on est bien obligé de ses donner des lois. Et, d'ailleurs, que feriez-vous d'autre ? Quand une clarinette est bouchée, Chopin lui-même (et pourtant quel pianiste ! son nom l'indique assez), n'en tirerait aucun son.       Ou alors tournez la difficulté, employez d'habiles équivalents : au lieu de dire : « après la chute de Przemysl », dites : « après la victoire de Valmy », ce sera toujours un nom de bataille, la couleur locale sera sauvée. Au lieu de dire : « à Brno », dites : « à Perpignan », les mœurs des hommes, d'un pays à l'autre, ne sont pas tellement différentes ; soutenez ce point de vue, il est trèsjuste.
L'homme reste l'homme .


Et c'est ainsi qu'Allah est grand.

Chronique des choses grandes et magnifiques
Alexandre VIALATTE ( 1960)

Les commentaires sont fermés.