Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11/03/2012

La grâce, c'est de ne rien dire

 

La grâce. Ne rien dire, ne pas le dire. Une fleur, un sourire, un mot, un regard inconnu, une lumière cachée qui se révèle, une petite  fille et sa robe de tulle dans la rue, deux êtres qui se tiennent par le bras, bras à bras, épaule contre épaule, fauteuil contre fauteuil.

La grâce, c’est de voir une photographie d’Eugène Smith, un tableau de Sonia Delaunay, une statue de Germaine Richier.

La grâce, c’est de croire encore aux arbres et à leur ombre. De se poser sur un banc et de regarder passer le monde, le printemps sur les coursives, les esplanades ensoleillées. Les enfants sortent de leur lit, ils poussent leurs mères sur les toboggans, les fillettes font le tour des bassins, la main sur le rebord ,pour mesurer le monde déjà, leur petit bout de monde.

La grâce s’invite aujourd’hui et je la regarde s’ébattre, se diluer sous le ciel.

C’est comme une chanson qui naitrait d’un rien, du souffle du vent.

Je regarde la fleuriste, la femme son bouquet à la main, qui rentre chez  elle. Provision de rien.

Les jeunes filles rêvent à demain.

 

P1100197.JPG

texte et photo © SN 2012

 

"Ecrire, ce serait d'abord cela : s'assoir pour voir se lever le monde dans le jour du langage. Et, d'une voix presque muette (...) ne cesser de célébrer cette beauté, répétant comme une prière muette cette phrase si simple de Beckett : "Je regarde passer le temps et c'est si beau."

Jacques Ancet

 


Les commentaires sont fermés.