Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/01/2013

Petites

 

 

Je voudrais écrire des choses

tellement petites

tellement

      minuscules

                 qu'on ne les verrait plus

                           et

                                                  qu'on devrait les chercher

                                 

                                   



                                                                                                                                             


                                                                                                                                                  

                                                                                                                                                  partout.








 

 

 

10:52 Publié dans POAIMES | Lien permanent | Commentaires (0)

Gâteau de riz

 

 

Rouler vite. Les réflexes. Aller en prison. Ne pas tuer quelqu'un. La lumière de la fenêtre. Les gros.

Les gros s'empiffrent. Les gâteaux de riz. Les fruits du dragon. Rouler vite. Ne pas écraser quelqu'un. Parler moins. Ne pas poser de questions.

Ne pas se faire photographier, elle dit. Jamais.

Ne pas poser de questions. Regarder les yeux, écouter les silences. Le silence immobile qui passe entre les plats, entre chaque grain de riz. Ombre souriante et légère.






08:59 Publié dans POAIMES | Lien permanent | Commentaires (0)

26/01/2013

Un feu dans la nuit

 

 

 


Tous ces corps

de femmes d'hommes

ces visages

qui nous traversent

qu'en reste-il

après des mois

des images

des sensations

fugaces

un feu dans la nuit

les grains que l'on mange

dans la chaleur d'un foyer

la braise chaude à nos pieds

dehors le froid la neige

et cette femme qui fait la soupe

son regard étonné

son regard d'amitié sur celle

qui la regarde

qui s'arrête un moment pour partager son quotidien

 

 

 

15:00 Publié dans POAIMES | Lien permanent | Commentaires (0)

24/01/2013

Ramure

 

 

 

Ramure de baisers

 

Sous les cîmes de la colline

L'ombre des mots oubliés

 

Rouille

Mâchefer des enfer

La pointe courbe de tes lignes

De ton sein tranchant

Qui se détache

Marque une plaie dans la cîme

 

 

 

09:41 Publié dans POAIMES | Lien permanent | Commentaires (0)

22/01/2013

Apparition Roubauesque

 

 

 

Pas de Roubaud

Echassier

Parmi les cafés du matin

 

Oeil circulaire

A l'intérieur

La lumière le traverse

 

Miroir de mots




Lodève, 2012.

 

 

09:27 Publié dans POAIMES | Lien permanent | Commentaires (0)

05/01/2013

Mes Vasesco

 

P1120225.JPG

Montpellier - Décembre 2012

 

 

Petite recension des textes proposés pour les Vases Communicants initiés par François Bon :

 

Octobre 2012 - Embroussaillement passager (échange avec Pierre Ménard)

 

Novembre 2012 - Les impatients (extraits) - échange avec G. Deflaux - Wanatoctoumi

 

Janvier 2013 - Araucaria, poème - échange avec Elisabeth Legros-Chappuis






04/01/2013

Elisabeth Legros Chapuis #Vasesco de janvier 2013


C'est avec grand plaisir que j'accueille aujourd'hui pour ces premiers Vases communicants de l'année, Elisabeth Legros-Chappuis,  que l'on peut lire ici et là.  

On peut retrouver mon texte, Araucaria, sur son site, ici.

Pour l'ensemble des textes des Vases  de janvier 2013, c'est .


Dormition

Je suis le seigneur du château

Je suis le guerrier de Xian, debout dans la fosse

Je suis le gisant étrusque dans sa sépulture jumelle

Dans la nuit du tombeau, les chauves-souris

étendent leurs ailes sur ma tête

Les courants souterrains m’entraînent dans les corridors du songe

Je suis la princesse moldave, la déesse aux longs cheveux

Je suis la reine des neiges, la princesse au cœur de bronze

Dans le silence de la nuit,

jaguar4.jpg

les chants alternés des moines se répondent

La flèche s’élance vers le ciel, la mer balaie les atermoiements

Le carré des minutes et des heures palpite comme un cœur minuscule

Au plus haut des nuages, je saisis le bout de l’écharpe de l’ange

Dont le passage a laissé des flamboiements épars, des braises

Inscrivant en lettres de feu sur la voûte nocturne

Le nom secret de l’aimé lointain

Je suis le jaguar tacheté aux yeux d’or liquide

Je suis le lézard taciturne immobile sur le mur

Je suis l’odalisque aux larges hanches, à la nudité généreuse

Les ondes du fleuve verdâtre m’emportent dans leur pulsion

Les herbes ondulant sous l’eau sont mes cheveux nouveaux

Les racines des arbres fixent mes pieds

Je suis la prisonnière des Sargasses, la fileuse aux laines rouges

Je suis la bergère des rêves déguisés en réalités

Je vais sur la terre comme au ciel et au fond du gouffre

Je vais où je vais et tous les lieux se valent pour moi.