Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/02/2013

La vie est belle

 

 

 

 

La nuit était tombée. Les gens lui paraissaient flous.

Tout, sauf cette idée nouvelle qu'il devait retrouver Alex.

Il a marché droit devant lui. A eu envie de retrouver l'endroit où ils s'étaient quittés tout à l'heure. L'air frais lui faisait du bien. 

Pour la première fois de sa vie, il savait ce qu'il devait faire. Tout était clair. rien n'avait jamais été aussi clair.

Il a traversé le pont des Arts. C'est là qu'elle avait voulu revenir, comme au premier jour de leur rencontre, où ils s'étaient jurés amour, fidélité et qu'ils avaient fait le rituel comme les autres et s'étaient pris en photo.

Mais il a eu beau l'arpenter dans tous les sens, s'approcher de chaque couple, elle n'était pas là.

Crétin, tu l'as laissé filé. Il s'est penché au-dessus de l'eau, bêtement, comme si elle avait pu avoir l'idée de sauter en bas, par désespoir, mais c'était pas une fille à faire ça.

Il a cherché son téléphone dans son blouson, a composé son numéro. A laissé sonner plusieurs fois, s'est demandé s'il laissait un message, quoi, il n'a pas su.

Il a entendu le bip.

 

 

Extrait de "La vie est belle", nouvelle inédite sur le thème du cinéma.

 

(Question subsidiaire (facile !) : le titre, "La vie est belle", qui est le réalisateur de ce film ?)

 

 

 

 

17/12/2012

Pensées éternelles - Prix Védrarias 2012


 

P1120188.JPG

In SItu - ExpoSItiOn d'ARt URbain

Montpellier, décembre 2012


Le Prix Védrarias 2012 récompense 7 auteurs de nouvelles. Le prix existe depuis 1989, à Verrières-le-Buisson, en région parisienne.

Il est présidé par Alain Absire, auteur notamment de "l'Egal de Dieu", Prix Fémina 1987.

Parmi les membres du jury, il y a également Eric Fouassier, ancien primé aujourd'hui nouvelliste et romancier.


Ma nouvelle, Pensées éternelles, a été primée.


En voici un extrait :

Y aura personne à mon enterrement. Pas comme lui, qui a eu une belle mort.

C’est comme ça les riches, quand ça crève. Faut que ça montre, même là, qu’ils en ont de la clinquaille. C’est plus fort qu’eux. Faut que ça pousse sur leur cercueil. Partout. Ça respecte rien.

Je suis là. Je prie Dieu. Dieu, c’est mon ami. Les fautes, il connait. Les miennes surtout. Je lui dis tout, le soir dans le lit. Pas au cimetière devant la tombe, ni à monsieur le curé. Non. Ça reste entre nous ces choses-là. Le linge sale en famille. De Lui à moi. Les autres, toujours, ils ont été jaloux de ce que je Lui cause.

C’est pas donné à tout le monde d’avoir des facilités avec le Saint Esprit. Ça m’a causé du tort. Faut pas croire. Sa volonté, je l’ai faite et plus qu’assez. Et des fois je priais pour qu’il me laisse tranquille. Pauvre de moi, il dirait et il aurait bien raison. Je parle toute seule maintenant. C’est t’y pas Dieu possible. A la messe, devant la tombe, dans la rue. Quoi que je suis devenue depuis qu’il est parti, le Fernand ? Rien. Il m’a laissée, voilà. Et moi, qui sais quand j’irais au ciel, si j’y vais.

Je suis éreintée. Toutes ses tombes à laver. Et mon dos. Ma taille. Qui sait qui la serre, qui la touche, maintenant qu’il est parti. Je t’en foutrais, moi, des anges. Peut-être qu’ils nous bichonnent là-haut, va savoir. En attendant, c’est moi qui lave. Les plaques, les fleurs à changer. Le curé, il dit que ça met du beurre dans les épinards. J’aurai pas cru qu’il dirait ça. Il a dit aussi que j’étais bien brave et que je pouvais venir tenir sa maison.

10/12/2012

La revue Brèves disponible en numérique


 Les revues se défendent. Elles se sont regroupées et sont désormais présentes sur un site où on peut les découvrir et les acquérir à prix réduit.

Il faut les défendre et les acheter pour qu'elles continuent à exister et à innover.

L'excellente revue de nouvelles, Brèves, fait partie de ces revues disponibles en numérique.

Pour la découvrir ou acheter un numéro au prix réduit de 8 euros (au lieu de 12),

Aller ici

 

breves-2239-large.jpg


Ma nouvelle, La couleur du jour, est disponible dans le numéro 96.



09/12/2012

Palmarès des 70e Jeux Méditerranéens - 2012

 

Kandinski_Cercles-5abda.jpg

Remise hier soir des Prix des 70e Jeux Méditerranéens 2012 décernés par l'Association des écrivains Méditerranéens et la Revue Souffles à la salle de la galerie Saint-Ravy à Montpellier où j'ai eu le plaisir de recevoir le Prix Eclat du texte Court pour le texte "Au-delà du bleu".

Le texte sera publié très prochainement dans le n°240-241 de la revue Souffles.

Christian Corp, président de l'association, a justement rappelé à cette occasion, sur le thème du bleu, l'essai de Kandinsky, Du spirituel dans l'art.

On a pu ententre un florilège de textes très variés, allant de la nouvelle au récit, du texte poétique au monologue théâtral et voir les très belles encres du livre d'artiste qui a été primé.


Palmarès :

Grand Prix de poésie Joseph Delteil : Catherine Boudet pour "Les laves bleues"

Grand prix de prose Gaston Baissette : Emmanuelle Malhappe pour une suite de nouvelles.

Grand Prix du Livre d'artiste de la ville de Montpellier : Marie-Hélène Lopez et Jean-Michel Fatou pour "Extinctions".

Prix du jeune auteur de poésie - Karl Bréheret : Nicolas Puig pour "Les dimensions du sacré".

Prix Garcia Lorca de l'auteur dramaturge : Yann Berlier pour "Les colombes tombent aussi".


Je suis également lauréate du Prix Védrarias 2012, présidé par l'écrivain Alain Absire.

J'aurais l'occasion d'en reparler dans quelques jours.

10:24 Publié dans Publications | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bleu

22/11/2012

Dancing : parution chez Onlit Editions

 

Une de mes nouvelles est publiée sur le site d'Onlit Editions depuis lundi.

La nouvelle s'appelle Dancing.

On peut la lire en accès libre ici.

ONLIT EDITIONS est un éditeur littéraire numérique basé à Bruxelles et actif depuis 2006. "ONLIT publie depuis cette date une revue littéraire en ligne. Les textes sont accessibles librement au lecteur sur le site. Et depuis février 2012, tout en poursuivant ses activités de revue littéraire en ligne, ONLIT  editei aussi des livres électroniques (aussi appellés "ebooks") : les ONLIT BOOKS à lire sur les tablettes iPad, liseuses Kindle, Smartphones et autres supports de lecture numériques. "

Leur ligne éditoriale : "Principalement de la fiction contemporaine, volontiers décalée. Mais nous aimons aussi surprendre ! Quant aux auteurs publiés, ils viennent de tous les horizons : connus ou en devenir, jeunes et moins jeunes, belges, français, québécois..."

Allez lire notamment les nouvelles de Nicolas Ancion, auteur que j'ai récemment découvert et dont j'aime particulièrement l'univers et l'humoir noir.

P1120093.JPG


27/10/2012

Le Prix Eclat du texte court - Revue Souffles

 

Une de mes nouvelles, Au delà du bleu, a obtenu le Prix Eclat du texte court 2012 décerné par l'Association des Ecrivains Méditerranéens, dans le cadre des 70e Jeux Littéraires Méditérranéens.

Le Prix Eclat du texte Court récompense un texte en prose témoignant d'une écriture inscrite dans la fulgurance.

Pour lire le texte c'est ici.

L'Association des Ecrivains Méditerranéens publie la Revue trimestrielle Souffles.

"Fenêtre sur la Méditerranée, elle est un espace poétique qui contribue aur ayonnement de la poésie en Languedoc-Roussillon, en favorisant les échanges entre les poètes à travers le monde.

Un esprit d'ouverture autant qu'un souci d'originalité et de qualité caractérisent la ligne éditoriale de la revue qui s'attache à être éclectique dans ses choix, en éditant despoètes ou des prosateurs confirmés tout en contribuant à révéler également, par le biais des prix littéraires décernés chaque année, de nouveaux talents poétiques."

25/06/2012

Vivant parmi les vivants

 

Nouvelle primée lors du concours 2011 "Quelles nouvelles" de l'espace Pandora à Lyon.

Elle a été éditée dans un recueil collectif en janvier 2012 aux éditions La Passe du Vent.

J'avais déjà publié un extrait sur ce blog il y a quelques mois.

 

a235d07ba7a1a9a8297a747e7389a37d-300x300.gif

Extrait :

"Plus qu’à le débrancher, le vieux. Ce soir, tout le monde est parti. Dormir, au resto, devant la télé. Demain sera un nouveau jour. Je vais bien rigoler. A l’intérieur, les boyaux, les os vont se liquéfier comme de la semoule et je danserai la danse des morts vivants. Arrête de gémir, dirait Jeannette. Débranche ces foutus tuyaux plutôt. Je rallume la lumière au-dessus du lit, soulève le bas de la blouse et regarde ce foutu machin planté dans le bide. Une bulle, à l’intérieur, se déplace. Va de bas en haut. Je la suis un moment, puis, j’arrache tout. D’un coup sec. J’arrache aussi celui du bras et de la gorge. J’ai encore assez de force.

Pourvu qu’ils ne viennent pas. J’éteins la machine. Laisse retomber doucement la tête sur l’oreiller."

Vous pouvez désormais la lire en entier Ici.

07/06/2012

Souvenirs d'une vie

 

En 2002, j'ai publié, à compte d'auteur, un récit de vie intitulé : "Un gars du Nord et une jolie fille du Midi" qui raconte, avec ses mots, la vie de ma grand-mère dans un petit village des Corbières audoises.

J'ai déjà publié un extrait sur ce blog (voir le lien Ici).

 

numérisation0013.jpg

Un extrait :

 

numérisation0030.jpg

numérisation0031.jpg

Il s'agissait alors de garder une trace d'une partie de la mémoire familiale et des changements connus et traversés au cours d'une vie dans un village audois.

Citation extraite du texte : "Une vie, c'est très court.On n'a pas le temps de se retourner que c'est déjà la fin du chemin, alors qu'on a encore dans la tête pleins de désirs inachevés, irréalisés."


On peut trouver le livre Ici.

13/05/2012

ça remue à l'intérieur

Les mots d'une dame après la lecture hier matin, à la salle du Temps Li(b)re à Palavas, de mon texte "Les réveillés", à l'occasion du concours de nouvelles organisé par l'association "Entre ciel et mer", dont le thème cette année était "L'homme dans la cité".

 

 

♦ Extrait :

"ça devait les aider, qu'ils disaient. A prendre le pouvoir sur nos consciences. Et puis quoi encore. Secouer des foulards devant nos têtes peut-être, comme dans les meetings, les rassemblements du parti. Fêtes populaires, fêtes nationales, bien droits devant le chef, et sourire, et rire.

Ils devaient rigoler là-haut depuis la tribune, à nous regarder bouger le derrière. Que du beau linge. Et celui qu'on porte, qui c'est qui le regarde, le repasse, nos fringues dégueulasses. Qui en veut, de nos chaussettes. Personne. Nos chaussettes de moujiks, de militants qui se bougent. Oui, on va manifester. C'est décidé. Nos outils de ralliement,des chaussettes rayées.

On peut rien y dire au chef. Il écoute pas, écoute rien. Que son chien de ministre et encore. Faut voir la tête qu'il a celui-là. Il a pas dû voir souvent sa mère.

On va aller manifester avec nos cagoules et nos chaussettes. La non-violence on vous dit. Les pantoufles au pied. On verra bien si ils rient jaune. Comment se faire entendre d'eux. Quand la masse populaire est fatiguée, ils disent. Qu'est-ce qu'ils en savent.

Demain lundi, on attaque. On verra bien où ça nous mène. L'année dernière on est monté dans les arbres, on voulait pas qu'ils les bousillent, on en avait rien à foutre du CAC 40. Mais eux nous ignoraient, nous calculaient même pas. On était que de la lie qui sait pas travailler. Ils nous ont envoyé les flics et l'eau les lacrymo et ça faisait beau tout ça quand même, toute cette fumée dans les arbres. "



Un arbre géant - Montréal, Canada. 22 avril 2012

C'est beau, c'est fort.

Le 22 avril 2012, Frédéric Back, L'Homme qui plantait des arbres, et jeune indigné de 88 ans, s'est penché sur la terre, au coeur de la ville de Montréal, pour y semer un chêne. Et dire tout son attachement à la terre généreuse et fragile qu'il habite.
Et aussi pour protester contre l'exploitation injuste et abusive des richesses naturelles en son pays. Le Canada est le seul pays au monde à s'être retiré du Protocole de Kyoto. Le Québec se lance maintenant dans l'un des plus importants projets d'exploitation des ressources de son histoire. Chaque jour, le partage de la richesse collective va dans le sens des inégalités, au profit d'une minorité et au détriment de la majorité. Cette manière de faire doit être changée.
Parce qu'ils refusent d'être dépossédés de l'avenir dont il est encore permis de rêver, avec Frédéric Back, plus de 100 000 citoyens.


 

03/04/2012

DIs-moi 10 mots qui te racontent


Cette année, le ministère de la Culture a choisi dans l'oeuvre de Jean-Jacques Rousseau de piocher les 10 mots pour inciter tout un chacun à produire un texte ou une image avec ces 10 mots, qui fonctionne comme une invitation, très ouverte à l'espression.

Cette année :

âme - autrement - caractère -

chez - confier - histoire - naturel - penchant - songe

- transports -


J'ai participé à l'appel à textes de la Région Rhône - Alpes. Les textes des lauréats dont je fais partie sont aujourd'hui publiés par Les éditions Grains de sel, dans leur supplément 2012 au magazine du même nom du mois de mars.

1033 textes et 328 créations plastiques ont été envoyés cette année.

Durant toute l'année 2012, Jean-Jacques Rousseau sera célébré en Rhône-Alpes. Spectacles, colloques, expositions, publications... ponctueront cette année rousseauiste.

Programme à retrouver ici.


mots,écriture


22:36 Publié dans Publications | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mots, écriture