Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/05/2009

Images - Carnet de route

 
Ne pas éprouver le besoin torturant de savoir et de voir ce qu'il y a là-bas, ne pas sentir l'oppression déprimante de la monotonie des décors
Regarder la route qui s'en va toute blanche, sans ressentir l'iméprieux besoin de se donner à elle
Ressemble à la résignation inconsciente de la bête que la servitude abrutit et qui tend le cou vers le harnais.
 
Isabelle Eberhardt
 
P1010954.JPG
 
P1010955.JPG
P1010957.JPG
 
 
 
Les gens sont lointains quand ils sont à côté de nous, on peut imaginer ce qu'il en est quand ils sont vraiment au loin.
Antonio Tabucchi
 
 
(Pourquoi y a ce fond bleu de merde, sur ce blog, que je n'arrive pas à enlever ??? ça fait c....)

19/04/2009

Chat egyptien

namouz_28.11.08_-1-[1].jpg

 

21.03.09.O7H45_chatons_-2-.jpg

12:21 Publié dans Journal | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : egypte, chat

17/04/2009

De l'autre côté de la mer

sabine jardins mohammed 8 mai 210.jpg
sabine sinai charm el scheik 186.jpg

 

voyage sabine 071.jpg

 

voyage sabine 085.jpg
voyage sabine 098.jpg

 

voyage sabine 130.jpg

 

voyage sabine 133.jpg

 

voyage sabine 022.jpg
voyage sabine 029.jpg

 

le caire3 065.jpg

01/03/2009

"Le fellah, l'homme dont on ne parle pas"

Extrait des Chroniques égyptiennes de Vialatte réunies sous le titre "Au coin du désert", aux éditions le Dilettante.

voyage sabine 070.jpg


"Le fellah : C'est l'être le plus pauvre et le plus anonyme, le paysan le plus humble du monde.
Couleur du sol, il vit à ras du sol, dans une maison qui a l'air, à peine, d'une boursouflure, d'un furoncle du sol.
On le trouve, le soir, accroupi sur sa porte, recouvert de ses animaux, ses poules sur son épaule, sa chèvre sur les genoux.
Tout son trésor. Il couche avec.
Il a si peur qu'on le lui vole qu'il l'emmène aux champs avec lui. Il se déplace par processions zoologiques.
Il faut le voir revenir le soir, sur un rideau de cannes à sucre, suivi de son arche de Noé, comme un bas-relief solennel, avec ses quatre dromadaires qui n'ont pas de fesses et qui n'entendent pas les klaxons, ses bufflesses noires, douces et poussiéreuses, ses ânes et ses chèvres et ses poules.
Sa femme, voilée, ses enfants bariolés, habillés de robes, coiffés de calottes, comme les enfants de choeur d'on ne sait quelle déesse, s'égaillent autour des cultures, si bien qu'on croirait à une fête.
Il y a toujours sur le bord de la route une femme en noir, avec un ânon fatigué qui porte un collier de perles bleu ou de mains de fatma, et des mouches qui mangent les yeux de l'âne et les paupières de l'enfant brûlées par l'ophtalmie.
Il y a toujours une bufflesse en train de tourner une noria ; deux ou trois milans qui décrivent des cercles, voient des choses qui vous échappent, et tombent tout d'un coup, à pic, comme une pierre."